Dans la continuité des premiers appels à projets Innovation pédagogique, les nouvelles vagues 2022-2023-2024 auront pour but de poursuivre la démarche engagée en matière d’hybridation des formations, d’accompagnement et de mise en œuvre de projets pédagogiques innovants et/ou transformants, favorisant l’évolution des pratiques et l’amélioration de la réussite des étudiantes et étudiants. Onze projets ont été sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets Innovation pédagogique 2022 dont le montant global de financement s’élève à 480 349,48 €.

Deux vagues d’un appel à projets centré sur l’hybridation des formations et l’innovation pédagogique ont été lancés, en 2020 et 2021, permettant le financement de 28 projets en cours de réalisation à hauteur de 706 450 euros :
Résultats de l’AAP Innovations pédagogiques 2021 – vague 1 >
Résultats de l’AAP Innovations pédagogiques 2021 – vague 2 >

11 Projets lauréats de l’AAP Innovations pédagogiques 2022

IPGP

Taichi KAWAMURA – IPGP - Projet « Camps de Terrain Planétaires et Terrestre en Réalité Virtuelle » - Enveloppe 70 000 euros

La réalité virtuelle (VR) est de plus en plus intégrée dans les cursus d’Universités. Dans certains domaines, tels que la planétologie, la géologie et géomorphologie des fonds marins, la VR est l’unique moyen d’appréhender en 3D et en immersion ces lieux. Dans le domaine des sciences de la Terre, la VR permet aussi de préparer et de mieux exploiter des missions de terrain.

L’objectif de ce projet est de développer en 2 ans deux modules de camps de terrain pour les étudiants des licences et Master de Sciences de la Terre et des planètes de l’Institut de physique du globe de Paris.   La conception sera réalisée par l’équipe d’EC et de C participant au projet, et intégrera des données spatiales récentes et très hautes résolution ainsi que des données de drone, pour le camp de terrain terrestre. La réalisation des deux camps de terrain consistera à identifier les images satellitaires et/ou les acquérir pour le cas des drones, à les traiter pour générer les produits pertinents (i.e. MNT), et enfin à les fusionner avec d’autres données, y compris cartes géologiques ou autres données géophysiques. Ce travail important de fusion et d’intégration sera fait en collaboration avec  la société VR2PLanet et le campus Spatial de l’Université Paris Cité, qui permettra de renforcer l’équipe d’EC porteuse du projet par un expert en réalisation VR indispensable à sa réalisation.  L’un des modules sera un camp de terrain en planétologie, le second sera un camp de terrain sur un site géologique terrestre. Dans les deux cas, ces camps de terrain seront évalués auprès des étudiants lors du dernier semestre du projet, et a priori intégrés par la suite dans les maquettes de nos enseignements.

Faculté de Santé

Sylvie ROBIN – UFR Pharmacie - Projet « RMN de paillasse » - Enveloppe de 65 500 euros

Dans les études de pharmacie l’enseignement de la chimie occupe une part importante en formation initiale, ou dans les enseignements spécialisés, comme les parcours d’initiation à la recherche. Le principe actif d’un médicament est très souvent un composé organique et il convient, lors de ce cursus, d’aborder sa synthèse, sa structure chimique, sa détection et son dosage. L’utilisation de différents appareillages d’analyses, comme le spectrophotomètre d’absorption UV-visible, le spectrofluorimètre, le spectromètre infrarouge, le polarimètre et la chromatographie en phase liquide ou gazeuse est fondamentale pour décrire la structure chimique du principe actif, ou de ses intermédiaires de synthèse, et pour aborder les notions de pureté et de dosage. Une autre technique d’analyse spectrale, la résonnance magnétique nucléaire (RMN), est un outil très puissant qui était jusqu’à présent absent des formations étudiantes à un niveau inférieur au MASTER 2. Avec l’apparition de nouveaux spectromètres de paillasse pouvant être utilisés sans solvant deutériés, la technique d’analyse par RMN 1H, 13C et 19F devient accessible à tous les niveaux à partir de la L2. Le poids de l’appareil n’excédant pas les 65Kg lui accorde une certaine mobilité qui permettra sa mutualisation sur plusieurs services d’enseignement, tels que la chimie organique, la chimie analytique, la pharmacognosie et la chimie thérapeutique.

Marjorie ZANINI – UFR Odontologie - Projet « Développement et évaluation d’un escape game en endodontie Escap’Endo » - Enveloppe 45 593,10 euros

Les jeux pédagogiques sont des outils de plus en plus utilisés au cours des études en santé. Ils stimulent la curiosité, l’engagement et la motivation des apprenants. Parmi ces nouveaux outils, l’escape game ou jeu d’évasion est un jeu d’action en équipe au cours duquel les joueurs doivent s’échapper d’une ou plusieurs salles via la résolution d’énigmes construits autour d’objectifs pédagogiques prédéfinis en un temps limité. Les études montrent qu’en complément d’une pédagogie dite conventionnelle, ce format d’apprentissage potentialise l’acquisition de compétences non techniques (notamment la communication, la capacité de réflexion et l’esprit d’équipe) mais renforce aussi les compétences techniques. Cependant, peu de littérature existe s’agissant de l’odontologie.

Notre projet cherche à créer, à mettre en œuvre et à évaluer un jeu d’évasion pour accompagner les étudiants en odontologie dans leur transition de la 3ème année vers la 4ème année. Cette transition est déterminante car elle marque le début du stage hospitalier et donc les premières prises en charge de patients (vie réelle). Nous avons choisi de commencer ce projet par un jeu d’évasion entièrement dédié à l’endodontie.

L’endodontie est considérée comme une discipline parmi les plus complexes d’odontologie. Son apprentissage implique des enseignements théoriques et pratiques qui commencent dès la 3ème année d’étude en odontologie. La littérature rapporte que cette discipline est anxiogène et ce constat est confirmé par un retour sur expérience réalisé dans notre UFR durant l’année 2021-22. Or, l’anxiété diminue les performances des apprenants et peut affecter le bien-être psychologique et la santé mentale. En considérant cette discipline comme anxiogène, les étudiants redoutent la prise en charge de patients. Il semble donc primordial de développer des stratégies pour diminuer les facteurs de stress pour nos apprenants.

Emmanuel CURIS – UFR Pharmacie - Projet « SARP.moodle » - Enveloppe de 24 195,68 euros

Université Paris Cité dispose d’une plateforme d’enseignement et d’apprentissage en ligne, Moodle, offrant, outre des cours en ligne, des outils d’apprentissage, d’auto-évaluation et de validation de compétences. L’une des activités clefs de Moodle, « Test », génère, via une banque de questions, des exercices pouvant varier à chaque tentative de l’apprenant par tirage au sort des questions dans une compétence identifiée. Ce dispositif pédagogique impose à l’enseignant de créer un grand nombre de questions pour Moodle. Afin de l’y aider, nous avons développé le logiciel SARP.moodle permettant de convertir un fichier de questions en un fichier aisément importable dans Moodle.

Lors du confinement de 2020, nous avons utilisé SARP.moodle pour convertir les fichiers de questions créés par les équipes pédagogiques de la faculté de Pharmacie de Paris à partir d’un gabarit pré-formaté que nous leur avons fourni. Ce procédé a permis en temps limité de construire des examens en ligne pour toutes les années d’études.

Nous poursuivons le développement de ce logiciel pour inclure de nouvelles fonctionnalités. De plus, nous travaillons à un logiciel de visualisation facilitant la vérification des banques de questions construites. Toutefois, aujourd’hui, l’utilisation de ces deux logiciels par le plus grand nombre est freinée par la nécessité de connaître le logiciel R sur lequel ils sont fondés.

Pour lever cette limitation, nous proposons de développer une interface web (serveur Shiny) permettant à notre communauté universitaire de s’émanciper de la connaissance de R. Cette innovation pédagogique offrira 1) la génération automatisée et simplifiée d’une banque de questions pour Moodle ; 2) l’affichage des banques de questions, ainsi générées ou existantes, pour permettre et faciliter leur relecture.

De plus, nous désirerons élargir l’expérimentation pédagogique aux autres facultés pour optimiser l’ergonomie du gabarit et du dispositif via différents projets.

Faculté des Sciences

Guillaume ANQUETIN – UFR Chimie - Projet « Les pairs accompagnateurs : un nouveau rôle pour une transformation durable des pratiques pédagogiques à l'université » - Enveloppe de 53 517 euros

Enseignants-chercheurs certifiés en pédagogie ayant mené une transformation pédagogique de nos enseignements, nous proposons de devenir pairs accompagnateurs, c’est-dire de partager notre expérience au sein d’une communauté de pairs enseignants, de l’animer et d’accompagner nos collègues dans la transformation de leurs enseignements pour les rendre plus actifs et innovants. Ce type d’enseignement favorise, chez les étudiants, un apprentissage durable et le développement des compétences dites du XXIème siècle (coopération, autonomie, pensée systémique, intelligence émotionnelle). Ce projet sera mené en étroite collaboration avec le pôle d’innovation pédagogique de l’Université. Il se compose de 4 volets :

  1. Retours d’expériences et animation de la communauté. Nous souhaitons disséminer des pratiques pédagogiques actives et centrées sur les étudiants. Ce partage prendra la forme de vidéos de retour d’expérience qui illustreront concrètement la mise en place de ces pratiques. Nous pourrons également intervenir lors de l’accueil des nouveaux maîtres de conférences (NMCF) afin d’échanger avec eux sur nos approches pédagogiques. Enfin, nous contribuerons à l’animation de la communauté éducative de l’Université par l’organisation de déjeuners pédagogiques.
  2. Accompagnements personnalisés des collègues volontaires, afin de favoriser une transformation durable des pratiques pédagogiques, en collaboration avec le pôle d’innovation pédagogique.
  3. Développement professionnel des pairs accompagnateurs en participant à des ateliers de co-développement, des formations et des rencontres avec des experts. Nous souhaitons notamment nous former à l’observation de cours afin de le proposer ensuite à nos collègues.
  4. Enfin, pérennisation du projet par la définition de la mission et la création du statut des pairs accompagnateurs, en accord avec la gouvernance de l’Université. Un article de pédagogie sera également produit pour documenter ce prototype opérationnel.
Xiaofeng GUO – IUT de Paris Pajol - Projet « PajolConnecté– Réseau de capteurs intelligents non-intrusifs pour la performance énergétique/confort du bâtiment Pajol comme support pédagogique » - Enveloppe de 53 300 euros

L’idée de ce projet est d’utiliser de manière non-intrusive le bâtiment de l’IUT de Paris Pajol comme support sur lequel vont se déployer diverses activités pédagogiques (projets, Situations d’apprentissage et d’évaluations Saés, TP…) dans une démarche qui s’inscrit dans les problématiques environnementales, d’économie d’énergie et du confort des usagers tout en étant intégrée dans la logique du cursus universitaire et des apprentissages techniques et professionnalisants définis par le programme national du BUT.

Le bâtiment de l’IUT est classé HQE (Haute Qualité Environnementale), une certification qui allie respect de l’environnement, faible consommation d’énergie, et confort pour les usagers en termes d’aération, de luminosité, température et bruit. L’objet du projet pédagogique est de faire créer par les étudiants une infrastructure basée sur un réseau de capteurs connectés qui envoient des valeurs de mesures en temps réel vers une plateforme accessible sur demande afin de recueillir des données pour les exploiter avec une démarche d’audit et de qualité. Grâce à un graphisme basé sur la réalité virtuelle, la visualisation permettra à un grand nombre de personnes (étudiants, enseignants, chercheurs, voire gestionnaires du service immobilier) de comprendre le fonctionnement de l’ensemble. Ainsi, cette plateforme pourrait bénéficier non seulement à l’IUT mais aussi à d’autres formations.

Le travail pédagogique réside dans la création progressive de cette infrastructure par les étudiants sur le choix des capteurs, la réalisation des objets connectés, leur suivi métrologique, leur maintenance et l’exploitation des mesures. Une partie de ce travail sera réalisée en co-encadrement avec un Cégép au Québec où quelques étudiants effectuent en mobilité le S4 de leur formation chaque année.

Ce projet se veut durable dans le temps au-delà de la période du projet une fois les capteurs connectés instrumentés et le système réalité virtuelle est développé.

Pierre KERNER – UFR Sciences du vivant - Projet « BiodiverCité » - Enveloppe de 40 099 euros

La société civile est de plus en plus encouragée à participer à des initiatives globales visant à résoudre les grands problèmes scientifiques et sociétaux actuels. Le rapport de Jean Jouzel qui recommande d’encourager le passage à l’action des étudiant·e·s dans des projets concrets de transition écologique, directement sur des territoires qui leurs sont familiers, est considéré comme un point essentiel de la pérennisation des connaissances et de l’engagement. L’un des mécanismes par lequel s’opère cette pérennisation est l’amoindrissement du phénomène d’éco-anxiété par l’action et le lien avec le groupe.

Pour répondre à ces impératifs, le projet pédagogique BiodiverCité propose de compléter l’offre de formation de UPCité par la création d’une nouvelle UE libre interdisciplinaire de 3 ECTS commune à toutes les composantes. Cette UE a pour ambition de former de façon rigoureuse les étudiant∙e∙s à la participation active à des programmes de sciences collaboratives pour l’amélioration des connaissances scientifiques sur la biodiversité grâce à des outils numériques modernes. Elle s’appuiera sur un événement naturaliste mondial intitulé City Nature Challenge (CNC).

Le travail réalisé dans le cadre de ce projet sera facilité par le développement d’une suite numérique (app et site web) d’outils naturalistes. Il sera aussi valorisé lors d’un webinaire, d’une exposition immersive grâce au soutien du pôle culture ainsi que sur un site web qui recensera les observations naturalistes réalisées par les étudiant·e·s et les agents de UPCité.

Toutes ces initiatives, couplées à leur mise en valeur, permettront le rayonnement des contributions scientifiques et pédagogiques de UPCité aux enjeux de la biodiversité. Celui-ci s’étendra au sein de ses campus mais aussi hors des murs avec une perspective d’essaimage international, notamment aux sept universités de l’alliance Circle U.

Maryline MOULIN – UFR Sciences du Vivant - Projet « Workshop des métiers » - Enveloppe de 11200 euros

L’enjeu crucial des étudiants à l’Université est l’insertion professionnelle à l’issue du parcours de formation. Depuis près de 15 ans, des unités d’enseignements à visées pré-professionnelles ont été mises en place dans les 3 années de la licence de l’UFR Sciences du Vivant. Avec ce projet, nous souhaitons mettre en œuvre une nouvelle approche basée sur la gestion de projet, un travail collaboratif entre étudiants permettant la rencontre entre étudiants et professionnels diplômés de notre Université.

La phase 1 du projet se déroule sur l’année universitaire 2022/2023 : les étudiants de L2 coopèrent pour organiser le workshop des métiers. Ils définissent les différents ateliers qui composeront le workshop et les secteurs d’activités qui y seront représentés. En groupe, ils identifient les professionnels (alumni) et prennent contact avec eux. Au cours de cette phase, ils s’initient à la gestion de projet, au travail en équipe et commencent la création de leur réseau professionnel.

La phase 2 aura lieu l’année suivante et débutera en janvier 2024 par le workshop des métiers auquel les étudiants de la nouvelle promotion de L2 assisteront. Deux stages seront proposés à des étudiants en master de communication pour animer et exploiter un « vidéomaton » des professionnels réalisés pendant le workshop. Pendant le reste de ce semestre universitaire, les étudiants de L2 débrieferont en TD le déroulement et les apports de ces rencontres. Les vidéos réalisées seront accessibles aux étudiants en L2 de l’année précédente ainsi qu’aux étudiants L2 des années à venir.

Le bénéfice pour les étudiants sera quantifié à l’aide de questionnaires de type Wooclap, réalisés avant et après le workshop.

Faculté Sociétés et Humanités

Thierry LAUNAY - UFR Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) - Projet « Salle d’analyse des paramètres cardio-respiratoires à l’exercice » - Enveloppe de 46 376,70 euros

Les étudiants de licence et de master suivant les différents parcours (Entraînement sportif, Activité Physiques Adaptés et Education et Motricité) vont étudier les adaptations physiologiques induites par l’exercice permettant l’amélioration de la performance des enfants, des sportifs ou des patients. Actuellement ces notions sont acquises à travers les cours, les livres et les publications scientifiques

Ce projet va permettre aux étudiants de découvrir par l’expérience ces adaptations. Il est proposé d’installer en salle informatique un logiciel d’acquisition et d’analyse des paramètres cardiorespiratoires à l’exercice. L’utilisation du logiciel s’appuiera sur d’une base de données mise à disposition ou à partir de mesures réalisées par les étudiants sur une piste d’athlétisme ou un gymnase grâce à des appareils portatifs. Les étudiants pourront alors observer, tester ou comparer des réponses à l’exercice propres à différentes conditions (e.g, niveau d’entraînement, pathologies, conditions environnementales). L’enseignant aura la possibilité d’intervenir sur chaque poste étudiant afin d’individualiser son travail. Les mises en œuvre du projet seront facilement adaptables (base de données ou acquisition des mesures ; réponses physiologiques standards ou spécifiques) aux diplômes considérés (licence vs master ; Education Motricité vs Activités Physiques Adaptées Santé vs Entraînement Sportif).

Claude GRASLAND – UFR Géographie Histoire Economie et Société (GHES) - Projet « Outils et méthodes des sciences territoriales : une perspective Nord-Sud, Sud-Nord et Sud-Sud » - Enveloppe de 39 000 euros

L’objectif de la présente demande est de mettre en valeur, renforcer et pérenniser la contribution des personnels enseignants-chercheurs et ingénieurs de l’Université Paris Cité au projet pluriannuel de formation « Outils et méthodes des sciences territoriales : une perspectives Nord-Sud » porté par la FR 2007 CIST [cist.cnrs.fr/formations/ee2022-methodes-et-outils-des-sciences-des-territoires-une-perspective-nord-sud].

Cette école d’été internationale est destinée à mettre en commun des ressources pédagogiques et scientifiques d’une trentaine de formateur.rices du Nord et du Sud, puis de diffuser ces connaissances auprès d’un nombre équivalent de doctorant.es et ingénieur.es. Menée dans une perspective pluridisciplinaire, l’école permet de diffuser les concepts et méthodes les plus avancés des sciences territoriales, en privilégiant l’emploi d’outils informatiques d’accès libre.

La première étape de ce projet s’est tenue en juin 2022 à Paris avec l’accueil durant une semaine d’une quinzaine de formateur·rices de pays d’Afrique francophone subsaharienne (Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo). Avec une quinzaine d’homologues du Nord (dont 8 membres de l’UFR GHES d’UPC), ils ont mis en place un programme cohérent d’enseignements, d’outils et de données répondant à des besoins scientifiques et pédagogiques dans les pays du Nord comme du Sud. Chaque module a notamment fait l’objet de mise au point de fiches sur les outils, concepts et bases de données à retenir.

La deuxième étape qui fait l’objet de la présente demande de financement se déroulera début 2023 au siège de l’Institut régional de santé (IRSP) à Ouidah (Bénin). L’école d’été réunira à nouveau durant deux semaines l’ensemble des formateur·rices présent·es au cours de la première semaine, ainsi qu’un ensemble d’apprenant.es (doctorant.es, ingénieur.es, etc.). Cette seconde étape permettra de tester, améliorer et valider les modules pédagogiques mis au point au cours de la première phase qui seront, ensuite, largement diffusés par l’ensemble des universités partenaires et testés en Tunisie en 2024.

Marie-Pierre FAYANT – Institut de psychologie - Projet « Stat to the point ! » Création d’une série de vidéos pour informer des bonnes pratiques de recherche en psychologie – Enveloppe de 31 568 euros

Ces dernières années, les pratiques de recherche en psychologie ont évolué à un rythme tel que de nombreux étudiant·es/chercheur·es se sentent dépassé·es (Kathawalla et al., 2021). Bien que des articles offrent régulièrement des mises au point sur les méthodes dites de « science reproductible » et les nouveaux outils statistiques (p. ex., Klein et al., 2018), nous pensons que des ressources utilisant des formats innovants sont nécessaires pour pouvoir les diffuser plus massivement.

Nous souhaitons donc créer une série de six vidéos online intitulée Stat to the Point visant à informer des bonnes pratiques de recherche en psychologie.

Chaque vidéo portera sur un défi méthodologique/statistique particulier. Six thèmes-clefs ont été identifiés sur la base d’un sondage auprès de N = 100 doctorant·es, p. ex.

  • Combien de participant·es dois-je recruter pour mon étude ?
  • Comment conduire et interpréter un test t bayésien avec JASP ?

Chaque vidéo sera présentée par un·e chercheur·e expert·e du domaine. Ils/elles rédigeront le script de leur vidéo en utilisant la même structure afin d’assurer une cohérence conceptuelle globale et produiront un diaporama (illustrations) et des liens vers des ressources (pour aller plus loin).

Afin de minimiser les coûts, les vidéos seront tournées dans un studio sur une période de 1.5 jours. Chaque vidéo sera filmée et montée par des équipes de professionnel·les.

Les vidéos seront réalisées en mai-juillet 2023 et seront publiées mensuellement via le fil Info recherche d’Université Paris Cité et à l’école doctorale « Cognition, Comportements, Conduites Humaines » (ED 261 ; 2023-24). Cela permettra une diffusion aux étudiant·es de master et doctorant·es d’Université Paris Cité.

Afin d’élargir l’audience, les vidéos seront aussi publiées sur YouTube et diffusées via des réseaux associatifs (ex. ADRIPS [Dr. Sommet y est chargé de communication], AEPU [Pr. Fayant y est membre du bureau]).

Nous envisageons de toucher des dizaines de milliers de personnes.

À lire aussi

Louise Goh, lauréate de la bourse de mobilité Paris-NUS

Louise Goh, lauréate de la bourse de mobilité Paris-NUS

Louise Goh, doctorante en neurosciences et développement du cerveau à l’école de médecine Yong Loo Lin de l'Université nationale de Singapour, est lauréate de la bourse de mobilité doctorale Paris-NUS. Elle effectue actuellement des recherches à Université Paris Cité....

lire plus
Sciences en bulles 2023 : présentez votre thèse en BD

Sciences en bulles 2023 : présentez votre thèse en BD

Depuis 2016, les éditeurs du groupe Sciences pour tous éditent, à l’occasion de la Fête de la Science, la bande-dessinée Sciences en Bulles qui présente le travail de thèse des 10 doctorants sélectionnés en France. "Sport et Science" sera le thème central de l’édition...

lire plus